Bébé à bord d’un taxi : le siège auto est-il obligatoire ? - Caree - Logiciel taxi conventionné

Vous devez prendre un taxi conventionné avec votre bébé ? Dans ce cas, faut-il prévoir un siège adapté pour sa sécurité ? Que dit la loi française ?

Siège bébé, une obligation légale dans toutes les voitures

Dès le milieu des années 1990 , les instances françaises ont renforcé les règles en matière de sécurité pour les passagers à bord d’une voiture. Rapidement, il devient obligatoire d’utiliser un siège auto homologué pour tous les enfants de moins de 10 ans. Disposé à l’arrière du véhicule, cet équipement doit évidemment être adapté à la taille et au poids de son occupant.

Sous réserve de remplir certaines conditions, il est possible d’installer un bébé ou un tout-petit à l’avant. Il faut toutefois que le siège auto soit placé en sens inverse de la marche et que le système airbag soit désactivé.

Pour les enfants de 10 ans et davantage, une ceinture de sécurité est suffisante. Il peut prendre place à l’arrière comme à l’avant.

Taxi conventionné : le siégé bébé n’est pas obligatoire

Les instances françaises interdisent le transport d’un enfant de moins de 10 ans sans un siège auto adapté. Et pourtant, en France, les taxis font exception à cette obligation dictée par le code de la route.

En effet, les taxis sont les seuls à pouvoir déroger, non seulement à l’obligation de boucler leur ceinture de sécurité, mais également à celle d’utiliser un siège auto pour leurs passagers de moins de 10 ans. Cette exception est un héritage du passé, à une époque où la ceinture de sécurité n’était encore pas imposée, tant à l’avant qu’à arrière.

En théorie, il est donc tout à fait possible de prendre un taxi conventionné ou non avec un enfant de moins de 10 ans à bord et ce, sans dispositif de retenue adapté.

Taxi conventionné avec siège bébé : une question de sécurité

Même si la loi permet d’installer un enfant de moins de trois ans sans siège auto à l’arrière d’un taxi, la Sécurité Routière préconise d’utiliser un équipement adapté. En effet, que ce soit en milieu urbain ou péri-urbain, aucun chauffeur de taxi n’est à l’abri d’un accrochage avec un autre véhicule. Sans un siège auto ou rehausseur adapté, il est facile de comprendre que le jeune passager court potentiellement un danger. La seule solution pour que ce ne soit pas le cas, est de l’installer comme vous le feriez dans votre propre voiture. Une proposition du gouvernement a d’ailleurs été faite pour mettre fin à cette exception au code de la route pour les taxis.

En attendant que le cadre légal n’évolue, un client peut tout à fait venir avec son propre siège et demander à le faire installer dans le véhicule. Bien évidemment, le temps nécessaire à son installation et à son retrait fait partie intégrante du prix de la course.

M